Emirates Team New Zealand continue d’impressionner dans la Louis Vuitton Cup

GMR_AC34JulyD9_0226_1


GMR_AC34JulyD9_0204_1 GMR_AC34JulyD9_0258_1 GMR_AC34JulyD9_0283_1


Emirates Team New Zealand s’est emparé du second point de la Louis Vuitton Cup, la régate de sélection des challengers de America’s Cup, à nouveau seul aujourd’hui sur le parcours en baie de San Francisco.

Le skipper Dean Barker et son équipage kiwi devaient rencontrer en duel Artemis Racing, mais le catamaran à aile AC72 du Challenger of record suédois ne sera remis à l’eau que d’ici deux semaines.

Comme avant-hier, le défi néo-zélandais a fait forte impression à bord d’Aotearoa son AC72. Ils ont parcouru 16.16 milles nautiques en 45 minutes et 28 secondes - soit près d’une minute plus rapides que lors de la régate inaugurale - avec une vitesse maximale de 43.26 nœuds.

Les conditions de vent de la seconde course du premier round robin de la Louis Vuitton Cup étaient légèrement plus fortes aujourd’hui en atteignant les 20 nœuds. «Près d’un nœuds ou deux en moyenne de plus que dimanche » explique Ray Davies (NZL) le tacticien. « Nous avons corrigé quelques erreurs commises lors de la première journée grâce à nos analyses vidéo qui sont une fantastique opportunité pour continuer à apprendre et à progresser ».

Il faut rappeler que les Kiwis, véritables ‘All Blacks’ de la voile, avaient été les premiers à mettre leur AC72 à l’eau et qu’ils ont cumulé le plus grand nombre de jours d’entraînements. Ils étaient également la première équipe à s’élancer sur des foils dont ils ont fait la démonstration lors des deux premières courses, malgré l’absence d’adversaire.

« Leurs manœuvres sont impeccables » explique Murray Jones (NZL) d’ORACLE TEAM USA. « Nos calendriers sont différents. Ils doivent régater dès maintenant tandis que nous ne rejoindrons la compétition qu’en septembre. Nous avons fini de travailler notre vitesse en ligne droite et nous enchaînons désormais des régates d’entraînements dans le cadre de notre programme ».

Les vitesses exceptionnelles du catamaran à aile AC72 (22 mètres) d’Emirates Team New Zealand ces jours précédents ont laissé sans voix la plupart des vétérans et autres personnalités de l’America’s Cup.

« Je totalise pourtant près de 3 000 à 4 000 heures de navigation à bord de 12 mètres au large de Fremantle » commente le Directeur de course Iain Murray (AUS), qui se remémore l’America’s Cup de 1987 en Australie Occidentale. « Quand je repense au temps et à la vitesse que nous perdions lors de chaque virement... Regardez ces nouveaux bolides qui atteignent désormais des vitesses phénoménales en un rien de temps ».

« La nouvelle génération de régatiers, qui navigue à bord d’Optimist ou en kitesurf ainsi que les participants à la Red Bull Youth America’s Cup, est passionnée de technologies, de vitesse et de sensations fortes qui font désormais partie intégrante de notre sport. La révolution est en marche avec ces nouveaux bateaux de l’America’s Cup qui séduisent les plus jeunes ».

La prochaine et troisième course du premier round robin de la Louis Vuitton Cup, la régate de sélection des Challengers de l’America’s Cup, est programmée ce jeudi dès 12h15, heure locale (21h15 heure française).