Victoire d’Emirates Team New Zealand face à Luna Rossa Challenge

GMR_AC34JulyD13_1092

GMR_AC34JulyD13_1400 GMR_AC34JulyD13_1331 GMR_AC34JulyD13_1110 13/07/2013 - San Francisco (USA CA) - 34th America's Cup - 13/07/2013 - San Francisco (USA CA) - 34th America's Cup - 13/07/2013 - San Francisco (USA CA) - 34th America's Cup - 13/07/2013 - San Francisco (USA CA) - 34th America's Cup - 13/07/2013 - San Francisco (USA CA) - 34th America's Cup - 13/07/2013 - San Francisco (USA CA) - 34th America's Cup -

http://youtu.be/tpEPP4LRAp8

Le tout premier duel en AC72 pour la Louis Vuitton Cup 2013, la régate de sélection des Challengers de l’America’s Cup, a finalement eu lieu aujourd’hui. Emirates Team New Zealand, l’actuel détenteur depuis l’édition 2007, a confirmé sa suprématie en s’imposant face à Luna Rossa Challenge.

Ces deux équipes Challengers se connaissent bien. Ensemble, ils avaient participé à l’America’s Cup Match en 2000, puis ils avaient été finalistes de la Louis Vuitton Cup en 2007 et plus récemment, ils avaient partagé le package design de leur AC72 ainsi que de nombreuses heures de travail et d’entraînements en vue de l’America’s Cup 2013.

Le skipper Dean Barker et ses hommes ont remporté cette manche qui s’est transformée en véritable parcours de santé pour eux. Avec 17 nœuds de vent, Emirates Team New Zealand a pris les commandes dès la procédure de départ puis a creusé l’écart le long des 15.47 milles nautiques jusqu’à l’arrivée, plus de 5 minutes devant Luna Rossa.

Les Néo-Zélandais ont complété la première course du second round robin en 43 minutes et 52 secondes et leur vitesse maximale fut de 42.33 nœuds comparé à 39.95 nœuds pour Luna Rossa.

« Le public était venu en grand nombre aujourd’hui samedi pour assister à cette rencontre historique » déclare le skipper kiwi de 40 ans, Dean Barker. « Avoir un adversaire est évidemment plus motivant car vous devez sans arrêt faire le point sur votre situation ».

Cette course était attendue par tous. Les catamarans à aile AC72 sont désormais les bateaux les plus rapides au monde spécifiquement créés pour l’America’s Cup. A vitesse maximale, ils sont capables de parcourir leur propre longueur (22 m) en une seule seconde. L’ajout de foils, véritables ‘ailes sous marines’, amplifie leur dimension technologique qui fascine tant les fans.

« C’est la toute première fois dans l’histoire de la course à la voile que nous voyons les deux bateaux les plus rapides au monde s’affronter. Nous les avons déjà vu flirter avec les 40 nœuds ou plus, mais aujourd’hui nous allons voir les équipages déployer leurs tactiques à bord de ces machines incroyables. Ce sera une grande première mondiale » a commenté le Directeur de course Iain Murray (AUS), lors de son briefing matinal avec la presse.

Les deux équipes ont franchi la ligne tardivement. Emirates Team New Zealand s’est élancé à plus de 41 nœuds tandis que Luna Rossa n’a jamais dépassé la barre des 40 nœuds en course.

De plus, les manœuvres de l’équipage néo-zélandais étaient meilleures que celles des Italiens. Les hommes de Dean Barker ont constamment creusé l’écart après chaque passage de bouée, surtout sur les bords de près.

« Notre performance du jour n’est pas surprenante, même si lors des entraînements nous étions meilleurs lors des procédures de départ » explique le barreur britannique de Luna Rossa, Chris Draper. « Je pense que nous devons encore optimiser notre cohésion à bord ainsi que notre vitesse au près. Tout reste encore possible car nous avons déjà identifié nos points faibles ».

Au programme, demain dimanche, la 2e course du second round robin de la Louis Vuitton Cup avec la participation d’Emirates Team New Zealand.