Dernière Ligne Droite pour la Victoire de la Saison 2011-12

Rivalry Heats Up Ahead Of 2011-12 AC World Series Climax © GILLES MARTIN-RAGET / ACEA


C’est en présence de plus d’une centaine de jeunes régatiers que Jimmy Spithill (AUS), le skipper d’ORACLE TEAM USA, et Dean Barker (NZL), le skipper d’Emirates Team New Zealand, ont tous deux clairement affiché leurs ambitions en déclarant qu’ils voulaient quitter Newport avec le trophée des America’s Cup World Series en main. Et tandis que Terry Hutchinson (USA) d’Artemis Racing pourrait encore mathématiquement venir jouer le trouble-fête, beaucoup considèrent que le duel au sommet aura lieu entre les deux leaders.

Jimmy Spithill, à la barre d'ORACLE TEAM USA, occupe actuellement la tête du classement avec seulement quatre petits points d’avance. Mais avec 10 points à gagner pour le vainqueur de chaque championnat à Newport – celui du match racing et celui de course en flotte – son avance peut fondre à tout moment.

“Nous participons aux America’s Cup World Series pour être mis sous pression et pour repousser nos limites,” explique Jimmy Spithill. “Je préfère évidemment être en tête avec quatre points d’avance, même si je suis conscient que tout peut encore basculer lors de la grande finale de dimanche”.

“Absolument,” a répondu Dean Barker (NZL) lorsqu’on lui a demandé si la victoire était son objectif. “Nous considérons que le titre est encore à notre portée. Nous devons réaliser une bonne performance lors du championnat de match racing ce qui augmentera nos chances de le décrocher. Sans oublier les régates en flotte que nous devrons gérer du mieux possible. Je pense que nous avons une carte à jouer comme toutes les autres équipes.”

Energy Team, l’équipe française en lice, qui s’était imposée lors du championnat de courses en flotte à Venise, est actuellement à la quatrième place du classement général de la saison. Un bon résultat à Newport pourrait leur permettre de monter sur le podium : "Nous ferons de notre mieux mais nous ne serons pas les seuls," explique Loïck Peyron. "La meilleure façon de progresser est de régater au contact des meilleures équipes qui sont aujourd’hui présentes à Newport... Nous allons tenter de rééditer l’exploit de Venise avec le même équipage, les mêmes voiles et surtout le même esprit qu’en Italie!"

Artemis Racing aurait facilement pu réduire à trois la bataille pour le titre annuel, si le championnat de course en flotte n’avait pas perturbé ses plans. Le syndicat suédois - qui compte deux Français à bord pour l'étape de Newport, Thierry Fouchier au réglage et Julien Cressant au mât -  est actuellement en tête de l’épreuve de match race mais n’occupe que la quatrième place dans celle de course en flotte. Le skipper Terry Hutchinson (USA) justifie ce résultat par une certaine inconsistance lors des départs : “Je ne me l’explique pas vraiment mais dans cette épreuve, je n’ai pas su lancer le bateau comme il faut,” confie Terry Hutchinson. “C’est un peu notre talon d’Achille et j’ai une grande part de responsabilité.”

Les régates des America’s Cup World Series à Newport se disputeront du jeudi 28 juin au dimanche 1erjuillet et elles seront retransmises en direct sur Canal + Sport dès 23h, heure française.

Les équipes vont désormais se confronter lors des entrainements officiels programmés mardi et mercredi après-midi en vue du coup d’envoi des régates jeudi 28 juin à 12.00 heure locale. Le programme et le format des régates sont téléchargeables ici.

Déclarations des skippers :

Jimmy Spithill, ORACLE TEAM USA Spithill : ‘J’étais juste en train de discuter avec Dean (Barker) avant de monter sur scène et il m’expliquait que, pour lui, cette épreuve est dans la poche et qu’il a déjà fait de la place sur l’étagère pour le trophée. Mais on va lui donner du fil à retordre !

Dean Barker, Emirates Team New Zealand : ‘Jimmy fait certes figure de grand favori, mais l’opportunité est trop belle pour qu’on leur laisse le trophée. Newport sera un événement fantastique. Nous sommes arrivés depuis quelques jours et nous prenons beaucoup de plaisir à naviguer ici. La compétition sera rude car les huit prétendants sont capables de tout.

Terry Hutchinson, Artemis Racing : ‘Je pense que l’Etat de Rhode Island va nous offrir de superbes conditions météo. Si vous regardez les prévisions, nous devrions bénéficier d’une brise de mer assez soutenue. Quant au plan d’eau, il n’est pas si imprévisible. Tous les équipages devraient pouvoir l’analyser assez facilement et si le vent monte, il va y avoir du grand spectacle !

 

Loïck Peyron, Energy Team : ‘Avec Energy Team, nous avons saisi toutes les occasions pour naviguer en AC45, seuls en entraînement ou en régate au contact des meilleures équipes. Je n’ai jamais voulu me spécialiser, c’est pourquoi réaliser le meilleur chrono autour du monde ou remporter des Transats - comme j'ai eu le bonheur de le faire par deux fois ici - tout est complémentaire.

Grâce aux America’s Cup World Series de Newport, je vais enfin pouvoir passer plus de deux jours dans cette ville fantastique car à l’arrivée d’une Transat, surtout celles en solo, ce qui compte, c’est de vite rentrer à la maison !

La compétition sera rude ici, c’est certain, mais nous ferons de notre mieux pour représenter la France. Quant à notre participation aux régates de San Francisco en 2013, réponse le 1er août prochain.'

Nathan Outteridge, Team Korea : ‘Comme les 49er sont également des bateaux ultra rapides et que leurs régates se déroulent aussi sur des parcours très compacts, je pense pouvoir vite reprendre mes marques à bord de l’AC45, grâce à ma formidable équipe qui m’aide beaucoup, même si cela reste malgré tout un sacré défi.

Russell Coutts, ORACLE TEAM USA Coutts : A propos du fait qu’il manque d’entraînement ‘Tous ces types assis en face de vous devraient rester à quai cette semaine’ (rire).

Chris Draper, Luna Rossa Piranha : ‘Nous avons pris beaucoup de plaisir à nous entrainer ici. Lors de la première journée, c’était formidable de retrouver le bateau. Nous avons hâte que les régates reprennent ici sur ce fantastique plan d’eau, certes très technique mais passionnant. Et la ville nous a accueilli si chaleureusement.

Max Sirena, Luna Rossa Swordfish : ‘Nous sommes encore en cours d’apprentissage. Mais nous sommes assez satisfaits de nos résultats à ce jour. Nous sommes impatients de savoir si nous avons progressé depuis Venise. Il ne faut pas oublier que les autres équipes naviguent depuis déjà plus d’un an et nous faisons tout notre possible pour rattraper ce délai avant les régates de San Francisco en 2013.